La mort des p'tits blogs, par Anitta

diptyque 9 - L'histoire de la photo d'Ardvisura par Anitta. Du très grand Anitta…

Il y eut une énième coupure publicitaire, au cours de laquelle la magie de Noël trouva pleinement à s'exprimer, et puis Jean-Pierre Pernaud reprit la parole :
– Bien ! Pour conclure ce numéro de Combien ça coûte ?, nous allons maintenant recevoir, toujours en compagnie de Jean-Louis Borloo, notre nouveau Premier ministre, une dernière invitée.
– Vous voulez dire que c'est à moi ? j'ai demandé d'une petite voix.

– Oui, acquiesça le présentateur préféré des Français. Vous vous appelez Anitta, vous êtes blogueuse professionnelle depuis à peu près trois semaines, et ce soir vous allez nous parler de l'envers du décor. Vous allez vraiment tout nous dire ?
– Je le jure, j'ai dit en levant la main droite.
– Je vous pose tout de suite la question rituelle de cette émission : combien gagnez-vous par mois avec votre blog ?
– Ooooh ! C'est plus ce que c'était, mon bon monsieur, j'ai répondu. Les temps sont durs, vous savez ! Je m'en aperçois tous les jours !
– Mais enfin, quand même. Vous vous en sortez bien, non ?
– Mouais, bof ! j'ai fait. Couci couça, je dirais… La grande période des p'tits blogs, elle est quand même loin derrière nous ! D'autant qu'on n'a pas eu un bon été, faut bien le dire… Là, on compte un peu sur les vacances de Noël pour se refaire, mais ça sera dur !
– Que se passe-t-il, d'après vous ? s'enquit Jean-Louis Borloo.
– Mais que voulez-vous, M. le Premier ministre ? j'ai dit. C'est pas à vous que je vais apprendre que les gens n'ont plus d'argent, non ? Moi je vois que ça ! C'est pas pour dire, mais avant, il était pas rare de voir une famille de quatre personnes nous rendre une petite visite ; et paf, à peine le temps de se retourner, et ils vous avaient déjà lâché trois comm' ! Mais c'est bien fini, ce temps-là. Et on le retrouvera plus, enfin en tout cas moi j'y crois plus…
– Anitta… A la fin, combien vous rapporte votre blog ?
– Ouh, mon pauvre ! Si je vous disais combien je gagne, je crois que vous vous mettriez à pleurer ! C'est facile : moi, mon mari, il est fonctionnaire. Eh ben figurez-vous qu'il gagne plus que moi ! C'est pas malheureux ça ? Dites, j'ai quand même pas fait un an et demi d'études pour en arriver là, non ? Et je parle pas de toutes ces taxes qu'on veut nous faire payer ! Avec tout ce qu'il nous prend, on jurerait que le gouvernement veut la mort des p'tits blogs !
– Je suis venu vous écouter, intervint Jean-Louis Borloo. Et je peux vous affirmer que le gouvernement que je dirige, sous la conduite du Président Sarkozy, fait vraiment tout ce qui est en son pouvoir pour soutenir des petits entrepreneurs tels que vous. Par exemple, vous avez pensé à acheter un chat ? Un blog, ça marche toujours, avec un chat !
– Quoi ? Mais c'est fini ce temps-là, M. Borloo ! Quand il suffisait de publier chaque matin la photo de son minou pour obtenir 200 commentaires s'inquiétant de sa bonne santé… Vous pensez bien qu'autrement, aucun blogueur digne de ce nom ne s'en priverait ! Moi la première, d'ailleurs. Quand je pense que mon Raoul à moi a fait une petite bronchite la semaine dernière, et que personne ne m'a demandé de ses nouvelles ! Y-a des jours, vraiment, on croirait que les lecteurs ont un oursin à la place du clavier !

– Anitta, reprit JPP. Puisque vous ne voulez décidémment pas nous dire ce que vous rapporte votre blog, parlez nous donc un peu du dernier scandale qui agite la blogosphère…
– Ecoutez, non, j'ai fait. Mes collègues de Corse, je ne veux pas les accabler. Dites-vous que s'ils se sont auto-commentés, dans l'espoir de toucher des subventions européennes, c'est bien parce qu'on les y a poussés. Notre situation est dramatique ! Et personne ne s'en rend compte. Si je vous disais qu'en dessous de vingt comm' par billet j'y suis encore de ma poche, vous le croiriez ? Non, bien sûr ! C'est exactement comme il est dit dans ce fameux bouquin, là, 2011 Odyssée du Cyberespace : dans la blogosphère aujourd'hui, plus personne ne vous entend crier !
– Un ouvrage d'anticipation, se défendit Jean-Louis Borloo.
– Anticipation mon œil ! j'ai répliqué. Et en plus, je vous parle pas des contrôles qu'on doit subir ! L'autre jour, la BRB…
– La BRB, pour Brigade de répression des blogs, dit Jean-Pierre Pernaud. Puisque vous m'en donnez l'occasion, Anitta, j'aimerais signaler à nos téléspectateurs que le prochain numéro du Droit de savoir sera consacré à cette BRB, justement. Vingt-quatre heures au sein de la Brigade de répression des blogs, un numéro vraiment exceptionnel présenté par Charles Villeneuve. Descente musclée chez les blogueurs de banlieue, démantèlement du fameux réseau Dotclear, ces intégristes du logiciel libre, interpellation du patron de Firefox, dans le cadre de l'excellente loi DADVSI… Tels seront les sujets de ce Droit de savoir à ne pas manquer !
– Oui ben parlons-en, de la BRB ! j'ai fulminé. L'autre jour, ils sont venus chez moi, et ils m'ont tout de suite fait remarquer que j'avais rien publié entre le 27 novembre et le 2 décembre. "Ah ben tiens", je leur dis. "Vous croyez que j'ai le temps, moi, d'écrire un billet, en pleine période d'inventaire ?". Eh ben, croyez-le ou pas, ils n'ont pas eu l'air de me croire ! Pour un peu ils me traînaient en justice ! Je sais bien que la chasse aux sans-papiers est importante pour M. Sarkozy, mais enfin tout de même !
– Anitta, coupa le 1er Ministre. Les blogueurs sans-papiers sont une vraie plaie pour notre économie, il faut bien le reconnaître…
– Oui, mais de là à traiter les honnêtes citoyens comme des moins que rien, y-a une marge, je trouve ! Là, j'ai eu l'impression d'être un gamin pris la main dans le pot de confiture !

– Je ne peux pas vous laisser dire des choses pareilles, protesta le Premier ministre. Il y a des dispositions que j'ai prises…
– Lesquelles ? Les 35 heures, peut-être ? j'ai ironisé. Parce que, parlons-en, des 35 heures ! Avec un blog comme le mien, vous croyez que je les fais combien de fois par semaine, les 35 heures ? Je devrais pas vous le dire, mais heureusement que mon mari me tient ma caisse quand il rentre de son travail ! Et dire qu'on nous demande d'embaucher…
– Anitta, pour conclure, intervint l'Homme du 13 heures. Le sujet est immense, et on passerait des heures à vous écouter, mais… Comment vous faites pour vivoter, avec votre blog ?
– Comment je m'en sors ? j'ai dit. Ben moi, je solde. Je mets des billets dépareillés, des fins de série. Je participe à des chaînes, je fais des jeux… Y-a vraiment que comme ça que j'y arrive ! Non, je suis pessimiste, pour les p'tits blogs… Y-a eu une grande époque, c'est vrai, mais elle est derrière nous. Et ce qui nous achève, c'est les blogs commerciaux. Chez St-Maclou maintenant, vous achetez un tapis, et ils vous offrent un blog !
– Vous exagérez, Anitta. Cette offre est valable uniquement pour les acheteurs de tapis de souris !
– Oui, ben, n'empêche ! Moi je vous le dis : si on ne fait rien pour nous, les p'tits patrons de p'tits blogs, il va vous arriver qu'on va délocaliser notre production. On ira s'installer en Angleterre ou en Belgique, et on bloguera depuis là-bas ! Et faudra pas venir vous plaindre si on dit du mal de M. Sarkozy !






[Avec les exagérations dont vous avez désormais l'habitude, ce billet issu d'une imagination un brin maladive constitue ma modeste participation au Dyptique d'Akynou (photo : Advirsura)]
.

Commentaires

1. Le lundi 19 décembre 2005, 00:51 par Franck

J'adore et en même temps, j'ai comme un sentiment de peur qui pointe le bout de son nez ! Et si ... dans quelques années ... ;-)